string(6) "presse"

ÇA VA LE BOCAL ? UN HIVER HAUT EN SAVEURS !

17 février 2017

Les frimas de l’hiver se sont installés, tout comme nos plats de saison. Il est temps de vous dévoiler les nouveautés gourmandes préparées par notre équipe avec l’intervention d’experts en nutrition. Quatre fois par année, Takinoa compose une nouvelle carte en respectant le rythme des saisons et en cherchant le bon équilibre entre saveurs et bienfaits des ingrédients. Bienvenus aux plats traditionnels revisités avec originalité qui vous offrent le meilleur des produits de notre région.

A chaque saison son défi. Le nôtre: vous proposer des combinaisons d’ingrédients innovantes, des associations de saveurs et de couleurs qui régaleront vos yeux et votre palais et trouver le bon équilibre entre protéines végétales, légumineuses et céréales. Ensuite il est facile de remplacer les protéines végétales d’un plat par des protéines animales. Parmi les critères impératifs de Mauricio, notre Chef produits, se renseigner sur les fruits et légumes bio à disposition le plus près possible de l’Atelier de Gland. « Au début de ma carrière, il y a 20 ans, les voyages lointains étaient mes sources d’inspiration. Aujourd’hui, je les trouve dans les marchés bio de Lausanne et Nyon et au cours de mes recherches sur différents sites internet. Je garde toujours un œil ouvert sur les nouveautés. Mais je n’oublie pas les recettes de mes vieux livres de cuisine que j’adapte à la sauce du jour. Comme je préfère les plats végétariens, les cuisines japonaise et thaïlandaise me plaisent beaucoup. Mes origines chiliennes m’influencent aussi lors de la création de recettes. »

C’est parti pour quelques morceaux choisis de la nouvelle carte !

Les Bocaux sont les stars de cet hiver avec des plats traditionnels revisités. Un Papet vaudois sera proposé en version végan, avec du ghee bio à la place du beurre pour faire revenir les poireaux, une mousse d’épinards et du tofu aux herbes. Les puristes ne seront pas déçus, ce bocal est aussi disponible en version flexivore avec de la saucisse aux choux.

Les amateurs de sucré-salé trouveront leur compte avec le Bocal au magret de canard et chutney de mangue bio accompagné de nouilles japonaises soba (sarrasin et blé). Les végétariens pourront aussi profiter de ces saveurs asiatiques avec la déclinaison tofu !

Le Bocal forestier végan composé de pleurotes, chanterelles, bolets et shiitake et un soupçon de crème d’amandes vous emporte instantanément en balade dans les sous-bois. Pour créer une version flexivore de ce plat, du filet de poulet suisse lui a été ajouté.

Terminons avec le Bocal préféré de Mauricio : le parmentier au poisson, qui se décline aussi avec du bœuf. Retrouvez les saveurs d’un plat traditionnel familial avec un écrasé de pommes de terre et panais ainsi qu’un trio de carottes aux tonalités orange, violet et jaune. Un petit clin d’œil nostalgique aux couleurs d’été.

Pour se réchauffer les papilles, rien de tel qu’une soupe! Les nôtres sont toujours sans lactose et naturellement sans gluten. Pois chiches aux épices d’orient, Lentilles corail au lait de coco, Carottes à la coriandre et, la plus surprenante de toutes : Courge, orange et cannelle. Nos soupes contiennent 90% de légumes et sont toujours servies avec un morceau de pain.

S’il est un Wrap que vous devez absolument goûter, optez pour celui au bœuf cuit basse température avec tomates confites et humus de lentilles vertes à la coriandre et citron vert. Sorti tout droit des saveurs d’enfance de notre Chef produits, il s’inspire d’un plat traditionnel chilien ressemblant à un ragout : le « charquican ».

Pour terminer votre dégustation, une note sucrée et légère ! Laissez-vous tenter par une gourmandise: les graines de chia avec lait d’amandes bio et compotée d’ananas au basilic au sucre de fleurs de coco. Pourquoi du sucre de fleur de coco ? Car son indice glycémique est très bas et une toute petite quantité suffit pour adoucir un dessert. Retrouvez aussi le fameux Crumble Takinoa aux pommes bio de Luins et citron vert. Les pommes de saison étant à maturité en ce moment, elles sont donc naturellement bien sucrées, profitez-en ! Pour finir, notre dessert aux perles du Japon au thé Matcha reste un eye-catcher avec sa couleur verte. On y ajoute un peu de menthe et cela donne presque comme un Mojito 😉 Bon appétit!

Lire la suite

2018 : Restez bien hydratés, même en hiver !

17 février 2017

Une bonne hydratation est non seulement vitale, elle est aussi essentielle pour la concentration, pour lutter contre la fatigue, les maux de tête et la constipation. En hiver, il faut plus que jamais penser à boire de l’eau.

C’est une évidence oubliée : l’eau est l’élément le plus important pour notre organisme après l’oxygène. Pour être en bonne santé, il faut boire de l’eau en quantité : la Société Suisse de Nutrition recommande de boire 30 ml d’eau par kilo de poids* soit 2,2 litres d’eau par jour si vous pesez 75 kilos. Les recommandations des nutritionnistes sont plus basses : 1,5 litre d’eau par jour pour un adulte sain et sédentaire.

L’eau contenue dans les fruits et légumes, tout comme le thé ou le café n’entrent pas dans ce calcul. Quant à l’alcool, c’est un redoutable adversaire de l’eau puisqu’il déshydrate l’organisme. Son action est diurétique : plus on boit d’alcool, plus on élimine d’eau par les urines. D’où la sensation de bouche sèche et le besoin d’eau quand on a bu trop d’alcool.

Dans le même ordre d’idée, une mauvaise haleine est le signe d’un organisme trop chargé en toxines. L’eau, qui est un solvant, balaie les déchets et nettoie les cellules. Pour retrouver l’équilibre, commencez par boire de l’eau à jeun dès le réveil. Un grand verre d’eau (minimum 3 dl) à température ambiante avec un peu de citron. Ce geste simple va réveiller votre métabolisme et activer vos fonctions digestives. Ensuite, buvez tout au long de la journée et si possible peu au moment des repas, car l’eau dilue les sucs gastriques qui nous aident à digérer. Une astuce consiste à emporter une petite bouteille d’eau de 5 dl avec soi le matin et de la remplir au minimum 2 fois dans la journée.

Un adulte sédentaire qui ne fait pas de sport, doit bien surveiller sa consommation d’eau en hiver car « le froid enlève la sensation de soif » explique Célia Karleskind, diététicienne à la clinique Efficium de Genève. « L’hiver, on oublie de boire » ajoute cette ancienne championne de ski, qui avertit les randonneurs du dimanche : « en montagne, la perte hydrique est plus importante du fait de la transpiration et de la surventilation (c’est à dire la respiration) liée à l’altitude. Il faut donc penser à boire plus ! »

Une eau sucrée pourquoi pas, quand on fait du sport, mais surtout pas de soda ! Les canettes de soda sont trop sucrées et acidifient l’organisme… Alors quelle eau choisir ? 3 choix possibles : l’eau du robinet, les eaux de source et les eaux minérales en bouteilles. Les 3 proposent des minéraux à différentes doses, mais ce sont les eaux minérales qui en contiennent le plus. Les « minérales » autrefois appelées « eaux médicamenteuses » étaient vendues en pharmacie et prescrites en cas de carences en minéraux. Elles sont aujourd’hui un produit de consommation courante et présentent une composition minérale stable contrairement aux eaux de source dont la composition peut varier. Les eaux du robinet, elles, ont un prix imbattable et un impact écologique supérieur à toutes les autres (pas de transport). L’idéal est donc de combiner les 3 et de varier les plaisirs.

 

Société Suisse de Nutrition : http://www.sge-ssn.ch/media/medialibrary/2013/05/feuille_d_info_besoins_hydriques_et_boissons_2011_1.pdf

Lire la suite

En hiver, boostez votre système immunitaire ! Avec Takinoa

17 février 2017

Halte aux idées reçues ! Ce n’est pas parce qu’il fait froid qu’il faut manger davantage. Inutile de faire des réserves. En hiver, mangez malin et renforcez votre système immunitaire avec les conseils de Takinoa.

 

Les sensations sont trompeuses : quel que soit le temps dehors, chaud ou froid, le corps lui, varie peu de températures (sauf s’il tombe malade). C’est ce qu’on appelle la thermorégulation. Pour maintenir une température constante d’environ 37 degrés, le corps brûle l’énergie apportée par les aliments de la même façon, en hiver comme en été. Ce qui change l’hiver, ce sont les sensations. Les extrémités du corps : le bout des doigts ou des pieds sont froids ? On frisonne ? Pour garder une sensation de chaleur, inutile de manger plus, on peut en revanche, boire une boisson chaude, qui apportera du réconfort et surtout ne pas oublier de bien s’habiller et de se couvrir. Cette idée reçue : « il faut manger plus pour se préparer à l’hiver » repose sur une réalité historique. Avant l’électricité, la maitrise de la chaine du froid, et les progrès techniques, l’hiver était synonyme de pénurie alimentaire. Pendant des milliers d’années, l’homme a stocké l’été et jusque tard dans l’automne les aliments sous forme de graisses dans son corps, lui permettant de faire face aux grands froids de l’hiver, synonyme de jeûnes forcés. Nous pouvions survivre à l’hiver grâce à nos propres réserves. « Il faut stocker pour l’hiver » vient de cet atavisme.

Mais cette histoire-là est révolue. Nous avons désormais accès à toute la nourriture, et plus qu’il n’en faut, 12 mois par an. La question aujourd’hui, n’est pas de manger plus l’hiver, mais de manger mieux. Claude Berdoz, nutritionniste dans le canton de Vaud et formatrice en micro-nutrition explique : « A cette période, c’est d’abord au système immunitaire qu’il faut s’intéresser. Entre 60 et 70% de nos cellules immunocompétentes c’est à dire de notre immunité, se loge dans l’intestin. Ainsi, pour éviter les maladies de l’hiver, il faut un intestin en bonne santé » explique Claude Berdoz. Les aliments qui renforcent l’immunité sont les aliments riches en vitamines, en minéraux et en fibres. Les sucres à index glycémique bas (IG bas), les poissons gras, certaines épices. Mais aussi les produits riches en probiotiques (choucroute, miso, etc…) et en prébiotiques (bananes, oignons, entre autres).

Claude Berdoz conseille de manger équilibré comme avec les plats à l’emporter de Takinoa. Si l’alimentation est insuffisante, on peut aussi se complémenter avec des vitamines, des minéraux, des probiotiques et prébiotiques pour maintenir les défenses immunitaires du corps. « Les jus pressés à froid et les smoothies de Takinoa sont une bonne source de vitamines et minéraux. Les soupes chaudes sont aussi une excellente source de fibres et une bonne façon de se réconforter du froid » ajoute la nutritionniste.

Mais à l’approche des fêtes de fin d’année, comment gérer les excès alimentaires ?

« Manger beaucoup a souvent pour conséquences une grande fatigue et une chute de l’immunité » rappelle encore Claude Berdoz. « Au moment des réveillons, si l’on sait que l’on va rester souvent à table et manger sans doute trop, on anticipe en mangeant léger les repas précédents et suivants. On peut se concocter du bouillon de poulet qui aidera à la digestion. On boit des jus frais régulièrement pour l’apport de vitamines et pour renforcer encore une fois le système immunitaire et détoxifier ».

Et on ne perd jamais de vue l’essentiel : se faire plaisir et partager de bons repas !

Lire la suite

En 2017 : qui sont les Takinoeur(e)s ? Ils se régalent chez Takinoa et ils témoignent !

17 février 2017

La fin de l’année approche : c’est l’heure des bilans ! Et c’est l’occasion pour Takinoa de se remémorer avec émotion le chemin parcouru depuis l’ouverture de notre première boutique à Lausanne… C’était en juin 2014.

Depuis, nous avons avancé à vos côtés. Nous vous avons écoutés. Bien au-delà de la lecture des commentaires sur TripAdvisor et des réseaux sociaux. Car tout comme les relations humaines sont l’essence de la restauration, l’écoute et la relation font parties de l’ADN de Takinoa. Nous aimons aller à votre rencontre dans nos boutiques et échanger avec vous, afin de comprendre vos attentes, apprendre à vous connaître, découvrir pourquoi vous avez aimé tel plat et moins un autre…

Et intégrer vos envies à nos nouvelles recettes !

Pour cette fin d’année 2017, quatre de nos fidèles clients : Myriam, Emmeline, Marius et Jean-Daniel partagent avec nous leurs visions de l’alimentation saine. Nous sommes heureux de publier ici leurs témoignages ! A votre tour cher lecteur de cette newsletter, de nous dire ce que vous pensez de l’alimentation ! Surtout quand elle est saine comme chez Takinoa… Nous attendons vos commentaires…

 


MYRIAM
@ TAKINOA NYON

 

Femme active, maman de 4 enfants de 15 à 25 ans, Myriam se décrit comme une « touche à tout ». Que cela soit dans le domaine artistique avec le dessin, la craie, l’argile, ou dans le sport avec la marche, la course à pied, le yoga et l’aquabike, cette ex-enseignante, de nature curieuse, aime apprendre et sortir de sa zone de confort. Sa motivation ? Avoir du plaisir avant tout. Plus les années passent, plus elle aime être dehors, en forêt ou en montagne. Elle a découvert depuis peu la méditation qui lui permet de se recentrer et trouver la sérénité! Myriam c’est la joie de vivre à l’état pur.

  1. Quelle place à l’alimentation dans ta vie ?

Essentielle ! C’est un domaine qui m’intéresse depuis toujours. D’autant plus quand on a des problèmes d’intolérances au gluten et aux produits laitiers. J’achète en priorité bio, je vais depuis toujours chez les petits commerçants pour le contact avec les gens, j’ai de la chance de pouvoir prendre le temps pour le faire. Il y a des supers magasins bio entre Morges et Nyon ! Je ne suis pas une grande cuisinière, mais le choix des produits est important pour moi et il fait toute la différence. Je mise sur la proximité et la saisonnalité.

  1. Comment as-tu découvert Takinoa ?

J’ai eu l’opportunité de rencontrer Eric Lebel (fondateur de Takinoa) à Villars et c’est ainsi que j’ai appris l’existence de Takinoa. Je connais Takinoa à Lausanne et celui de Nyon, qui est plus près de chez moi. J’aime bien l’idée d’une offre saine que je peux manger à n’importe quel moment de la journée. Aussi la précision des étiquettes concernant les ingrédients ainsi que les couleurs des plats. En plus, c’est une société suisse fondée par des gens du coin. Pouvoir participer à leur projet en tant que consommatrice est un plus. J’aime bien manger au restaurant. C’était bien plus difficile il y a 10 ans de trouver des endroits où manger sainement.

  1. Quel est ton plat préféré chez Takinoa ?

Les Bocaux, en particulier quand il y en a avec des crevettes sauvages, comme celui que j’ai mangé à midi ! J’adore aussi les soupes et les jus. Les tisanes sont très bonnes et je prends souvent à l’emporter les boules d’énergie à la noix de coco.

  1. Tu as une baguette magique et tu peux changer une chose dans le domaine de l’alimentation, qu’est-ce-que ce serait ?

Que tous les aliments soient sans pesticides, de proximité, de saisonnalité, avec des couleurs, odeurs et saveurs qui viennent de producteurs passionnés. Je trouve que la nourriture saine et bio devrait être accessible à tous.


EMMELINE
@ TAKINOA LAUSANNE

 

Elle court, elle court Emmeline et vit parfois 5 journées en une ! Avocate, elle est exigeante dans son activité professionnelle comme dans le contenu de son assiette. Que ses deux bambins mangent sainement, lui tient aussi très à cœur. Surtout des fruits et des légumes, mais sans privation, juste avec quelques limitations. Elle prendra le départ de la Patrouille des Glaciers en avril prochain avec un team exclusivement féminin. Une belle aventure sportive en perspective où une alimentation appropriée aura toute son importance.

  1. Quelle place a l’alimentation dans ta vie ?

Importante, de par sa nécessité… on est obligé de manger ! Mon rythme de vie est actif et les journées bien remplies, j’ai donc besoin de bonnes énergies. Je fais attention à ne pas être dans l’excès en semaine et je modère ma consommation de sucre. Cela me laisse une marge pour le week-end. Je pense long terme. Lors des périodes d’entrainement sportif intensif comme avec l’endurance, j’augmente les féculents, mais je ne me prive de rien. D’expérience, j’ai appris que le froid et l’altitude ne pardonnent pas. Les entrainements de ski-alpinisme à la montagne donnent très faim et il est essentiel de bien s’alimenter pendant la semaine pour être efficace. Mais à travers l’alimentation, je recherche davantage un bien-être que de la performance.

  1. Comment as-tu découvert Takinoa ?

Grâce à un ami qui m’a emmenée manger chez Takinoa à midi il y a environ deux ans. Ça m’a plu car cela correspond à mon hygiène de vie et je travaille juste en face ! J’aime bien cuisiner, mais je n’ai pas toujours le temps. Pouvoir combiner le côté sain avec le pratique tout en étant rapide m’a vite fait adhérer au concept. Quand j’ai commencé à aller régulièrement chez Takinoa, j’ai constaté que j’avais moins le coup de barre de l’après-midi qu’en mangeant ailleurs et que je n’avais plus de grosses fringales.

  1. Quel est ton plat préféré chez Takinoa ?

Les jus de manière générale. J’aime beaucoup les pavés multi-céréales au jambon cru et la salade sucré-salé. Côté douceur, j’adore le yaourt aux graines de chia et myrtilles.

  1. Tu as une baguette magique et tu peux changer une chose dans le domaine de l’alimentation, qu’est-ce-que ce serait ?

Qu’il y ait plus de commerces qui proposent une nourriture saine et accessible. Il faudrait que le coût des produits bio baisse afin que cela soit accessible à tous.


MARIUS, ETUDIANT, BLOGUEUR ET PROFESSEUR DE YOGA
@ FNAC CAFE BY TAKINOA GENEVE

 

Marius a de nombreuses passions, guidées par l’autre ?, qu’il place toujours au centre. Etudiant en Relations Internationales à l’université de Genève et sur le départ pour un séjour Erasmus en Californie, il est curieux de tout et déborde d’imagination. Quand il n’est pas à l’Uni, il rédige des articles pour son blog lifestyle inspirant theglowgiver.com et son activité de professeur de yoga au studio O2Yoga – Breathe Life à Vich dans le canton de Vaud. Marius pourrait passer tout son temps à écouter les gens. Inversion des rôles, cette fois-ci, c’est lui qui parle !

  1. Quelle place à l’alimentation dans ta vie ?

L’alimentation représente la vie et bien se nourrir en est à la base ! Nous devons être reconnaissants de la chance que nous avons en Suisse, par rapport aux autres régions du monde où la nourriture manque. Mon intérêt pour l’alimentation a commencé quand j’étais tout petit, j’aimais déjà cuisiner avec mes parents! Je n’aime pas tellement les étiquettes, mais si besoin, je considèrerais aujourd’hui mon alimentation comme étant « plant based », c’est à dire à base de végétaux avec du poisson de temps en temps.

  1. Comment as-tu découvert Takinoa ?

En mars 2015, je travaillais au back-office d’un journal économique à Lausanne. Une collègue m’a alors parlé d’un take-away sain, sur le Grand Pont qui s’appelait Takinoa. J’y suis allé et j’ai eu un coup de cœur ! C’était une période où je voulais manger de façon équilibrée alors que l’offre en alimentation saine était rare. Takinoa est tombé au bon moment. Avoir une alimentation saine ne signifie pas uniquement boire des jus, mais aussi avoir une activité sportive, prendre soin de soi, être reconnaissant de ce que la vie nous offre. Pour trouver son propre équilibre de vie, en s’écoutant sans se juger !

  1. Quel est ton plat préféré chez Takinoa ?

Les jus. J’adore les faire chez moi, mais je n’ai pas forcément le temps. Ma préférence va aux jus avec des carottes et du gingembre. Le gingembre et la cannelle sont mes ingrédients préférés. Pour ce qui est de mes vices, j’avoue adorer le sucré !

  1. Tu as une baguette magique et tu peux changer une chose dans le domaine de l’alimentation, qu’est-ce-que ce serait ?

Je rendrais le bio et la nourriture saine plus accessible au niveau des prix. Je trouve que ce type d’alimentation reste le privilège d’une certaine strate de la population et j’aimerais démocratiser cela. Je me considère très chanceux d’avoir accès à une bonne alimentation.


JEAN-DANIEL
@ FNAC CAFE BY TAKINOA GENEVE

 

Devenu Papa sur le tard, Jean-Daniel, à la tête d’une équipe s’occupant de la gestion de fortune en Suisse romande pour une grande banque privée zurichoise, veut rester en forme pour sa fille de deux ans. Il s’impose un semi-marathon tous les trimestres pour être sûr de s’entrainer assez régulièrement. Manger sainement fait partie du modèle de vie qu’il a choisi pour garder la forme ; un bon client Takinoa qui se rend au Fnac Café by Takinoa, « chez Taki » comme il dit, au moins deux fois par semaine.

  1. Quelle place a l’alimentation dans ta vie ?

Ma femme et moi faisons très attention en cuisinant à la maison. J’ai le réflexe permanent de regarder les étiquettes des produits que j’achète pour voir notamment les quantités de sucre car ma fille, bébé, prenait facilement de l’embonpoint. Une enseigne comme Takinoa me permet de savoir que je mange bien et de me sentir bien l’après-midi. Ma prise de conscience par rapport à l’importance d’un mode de vie sain me fait avoir une pêche d’enfer. J’ai aussi appris avec le temps que je devais boire beaucoup d’eau pour éviter d’avoir des douleurs musculaires. 

  1. Comment as-tu découvert Takinoa ?

J’ai fait la connaissance d’Eric Lebel, le fondateur, qui m’a parlé du concept et donné envie de le découvrir. Je me suis rendu au Fnac Café by Takinoa situé à deux pas de mon bureau Rue du Rhône et j’ai adhéré. J’aime bien aussi la boutique Rue Du Nant que je trouve lumineuse. Au début, je choisissais principalement des wraps… Aujourd’hui, je tente différents mets, accompagnés par un jus Belle de Jour à la pomme, carottes bio et gingembre et d’une crème de cent ans en guise de dessert. Là, je suis calé !

  1. Quel est ton plat préféré chez Takinoa ?

Sans hésiter le nouveau bocal Moussaka à la protéine de soja bio, coriandre et feta que je trouve super goûteux et original.

  1. Tu as une baguette magique et tu peux changer une chose dans le domaine de l’alimentation, qu’est-ce-que ce serait ?

Je dirais d’avoir un accès facilité à une nourriture saine comme celle proposée par Takinoa. Je pense à tous ces distributeurs dans les entreprises qui ne proposent que des produits « malbouffe ». Les gens n’ont pas d’autres choix que de s’organiser des pique-niques maison. J’ai la chance de travailler au centre-ville et de pouvoir avoir accès à une nourriture saine car en dehors de chez soi c’est souvent très difficile !

 

Lire la suite

Le cookie façon Takinoa: un cadeau gourmand fait-maison pour gâter ses proches

17 février 2017

En ce mois de décembre, Takinoa revisite le Cookie au chocolat sans beurre ni lactose et avec très peu de sucre ! Des cookies à reproduire chez vous et à emballer avec beaucoup d’amour pour vos proches.

Marrons grillés, thé chaud entre amis, sapins finement décorés… L’esprit de Noël se diffuse partout en ce mois de décembre. Qui dit « fêtes de fin d’année », dit « envie de faire plaisir à ses proches ». Takinoa a revisité la formule du traditionnel cookie, ce biscuit rond aux pépites de chocolat originaire des États-Unis. Chez Takinoa, pas de beurre, ni lactose et très peu de sucre. Notre recette artisanale du cookie, sans additifs ni conservateurs, est une vraie gourmandise que vous pouvez reproduire à la maison. Pour comprendre l’origine du cookie façon Takinoa, direction Gland et les cuisines de Mauricio, chef atypique de Takinoa, toujours au taquet des nouvelles tendances culinaires diététiques.

Le challenge était de taille : comment créer un snack sain qui réponde aux exigences diététiques de Takinoa, tout en gardant la goûteuse recette traditionnelle du cookie ? Pour répondre à ce défi, notre chef Mauricio s’est concentré sur le péché mignon des Suisses: le chocolat !« Le but premier était de créer un encas facile à transporter, sans beurre, avec une diversité de farines complètes, donc riche en protéines et vitamines. En bref, un snack sain qui puisse concurrencer les encas industriels, pour retrouver les sensations enfantines du chocolat et des gâteaux de Grand-Mère », explique-t-il.

Réaliser un cookie sans beurre ? Un challenge lorsqu’on pense à l’importance du beurre dans cette recette. Il a aussi fallu trouver un moyen de lier toutes les farines, de réduire l’apport en sucre et de convaincre la clientèle des bienfaits de cette création originale.

La recette du cookie Takinoa, pari réussi !

Quatre farines composent la pâte du cookie Takinoa : la bise de blé, la farine de riz, celle de sarrasin et enfin de soja. Toutes nos farines sont bio. Pourquoi ? Pour éviter les pesticides contenus dans les enveloppes des céréales. Ajoutez à cela, de la margarine végétale bio, du chocolat 61%, un peu de sucre brut fin, de l’œuf suisse, des pépites de chocolat 66% et de la poudre à lever bio pour obtenir un cookie 100% Takinoa qui a conquis notre clientèle depuis sa création en 2014 à Lausanne.

Aux côtés des cookies, Takinoa propose d’autres encas sains, pour avoir de l’énergie au bon moment. Comme la barre de céréales superfood aux baies de goji, source de sucres lents ainsi que la nouvelle barre protéinée cuisinée avec de la Golden ChlorellaTM contenant 63% de protéines. Pour les sucres plus rapides, vous pourrez déguster nos boules d’énergie raw food et sans gluten choco-coco-nature. Ou encore le Palet, type de gâteau sec sans beurre ni gluten, à la farine de sarrasin bio.

Et comme nous adorons célébrer les saisons chez Takinoa, nous vous souhaitons à tous une nouvelle année gourmande, pleine de santé et de bien-être !

Lire la suite

Avec Takinoa, redynamisez votre petit-déjeuner !

17 février 2017

Comment rester concentré au travail et en pleine forme toute la matinée ? Comment éviter les coups de pompes et mieux gérer son taux de sucre dans le sang ? Il faut manger un bon petit-déjeuner !

La réponse parait simple et pourtant…

Le constat est bien là : les Suisses et les Européens sont les seuls à manger un petit déjeuner trop sucré le matin et souvent peu nourrissant sur la durée. Nous négligeons ce qui, partout ailleurs, est considéré comme le repas le plus important de la journée : le petit-déjeuner.

Au niveau mondial, la situation sanitaire est devenue alarmante : les pays occidentaux dont la Suisse, sont installés dans une « épidémie » de diabète et d’obésité sans précédent, situation sanitaire dont le sucre est officiellement un des responsables.

Le problème du petit-déjeuner « occidental » ? Il est trop sucré, avec les nombreux sucres ajoutés contenus dans les céréales, les confitures, les yaourts, sans parler des viennoiseries et autres jus d’orange industriels chargés eux aussi en sucres ajoutés.

Aux Etats-Unis, la chimiste Dee Mc Caffrey, auteur de « The Science of Skinny », compare le sucre à l’héroïne. Tout comme le pavot est transformé en opium, puis raffiné en morphine et finalement en héroïne, de la même façon, explique-t-elle, le jus de la canne à sucre est transformé en mélasse qui est à son tour raffinée en cristaux roux puis finalement en cristaux blancs. Dans les 2 cas, il y a de multiples « lavages » et récurage pour obtenir une substance chimique « qui n’a plus rien à voir avec la plante naturelle d’origine » écrit-elle. En France, des chercheurs ont mis en évidence, preuves scientifiques à l’appui, que l’héroïne et le sucre activent les mêmes schémas de la dépendance chez le rat, et possiblement chez l’homme, avec des effets biologiques particulièrement nocifs sur l’organisme. Partout, le sucre, le « nouveau tabac » est montré du doigt.

Mais alors, comment mieux manger et réduire les sucres au petit-déjeuner ?

Virginie Terrier, nutritionniste à Genève conseille de « manger plus de protéines le matin et surtout moins de glucides. Avec les protéines, on augmente son attention et sa concentration car on augmente les neurotransmetteurs que sont la dopamine et la noradrénaline. Si on inverse ce ratio en consommant trop de glucides et de sucres dès le matin, on a un effet relaxant et calmant. On se sent calé mais on diminue la concentration et on augmente sa vulnérabilité au stress. Je recommande donc de fortement protéïner le petit-déjeuner en mangeant des œufs, du fromage blanc, ou des protéines végétales ». Une vision du petit-déjeuner partagée par Takinoa qui propose à l’emporter des collations protéinées pour le matin et des mets chargés de bonnes graisses pour le cerveau (comme les oméga3) : essayez les œufs à la coque, les bircher aux céréales et fruits frais, des yogourts bio aux graines de chia au lait de coco et figues fraîches. La fameuse « Crème de cent ans bio » au sarrasin entier moulu est souvent qualifiée de « repas complet ». Voilà d’excellents « starters » le matin, qu’on peut compléter par des fruits à croquer (pêches, pommes de Luins, bananes, poires).

Sans oublier les jus pressés à froid ou les smoothies minute, riches en vitamines et minéraux, si essentiels pour bien démarrer la journée !

Lire la suite

Une graine Takinoa a germé à Morges chez « Laurent&Magalie »

17 février 2017

« Vous êtes nombreux à nous poser la question : « quand ouvrirez-vous une boutique Takinoa à Fribourg, en Valais, à Neuchâtel, etc. ? ». L’envie de tous vous régaler, où que vous soyez en Suisse, ne nous manque pas ! Pour nous rapprocher de vous, nous avons opté pour la stratégie du partenariat avec des détaillants dont nous partageons les valeurs et qui offriront désormais une gamme de mets Takinoa. Avis aux amateurs de produits sains et savoureux de la région de Morges : la première graine de ce projet a germé tout près de chez vous ! Bienvenue dans l’épicerie fine bio Laurent&Magalie. »

 

Avant d’être une marque, Laurent&Magalie est d’abord une histoire de voyages et de découvertes. Après 4 années d’études à l’Ecole Hôtelière de Lausanne et 10 ans d’expériences professionnelles variées, Laurent et Magalie Bedin réalisent un premier rêve : parcourir le monde pour mieux connaître les hommes et leurs cultures. Un périple de six mois les conduit en 2011 en Thaïlande, au Laos, au Vietnam, à Hong Kong en Australie et pour finir en Californie. Pour eux qui consomment « bio » depuis une quinzaine d’années, ce voyage les conforte dans leur philosophie : se nourrir c’est d’abord se respecter, faire corps avec le monde et préserver la planète comme son capital santé personnel. A leur retour de voyage, le désir d’une rupture avec leur vie d’avant, allait naturellement les conduire à créer leur propre espace de vente, dédié à leur passion pour le bio.

Depuis septembre 2013, ils transmettent dans leur boutique de Morges, le goût des choses vraies, avec bonheur et simplicité.

L’univers de Laurent&Magalie se trouve aux antipodes de l’image du magasin diététique vieillot ! Une déco au style contemporain avec des murs de briques peints en blanc, un sol en vrai béton ciré, un éclairage LED doublé qui mettent les produits en valeur, sans les faire chauffer. Une atmosphère urbaine-cozy où sont présentés plus de 2000 produits aussi bien alimentaires que soins et bien-être, tous rigoureusement sélectionnés. C’est dans cet environnement que Laurent&Magalie proposent désormais des mets signés Takinoa : « Nous sommes un magasin qui vend par défaut du bio et, sauf exception, des produits locaux avec un niveau de traçabilité élevé. Les mets Takinoa entrent dans cette catégorie du naturel et du sain ; avec en plus, un côté innovant dans le choix des ingrédients utilisés et la façon de les cuisiner » explique Magalie. « J’adore cuisiner, mais il y a toujours 2-3 fois dans la semaine où je n’ai pas le temps. Et il est exclu que je sorte une pizza congelée ou tout autre produit industriel. Je suis donc la première cliente Takinoa de mon propre magasin ». Son coup de cœur chez Takinoa ? « Pour moi qui ne mange pas de sucre, j’ai goûté le muffin poire et chocolat et j’ai adoré ! »

On va chez Laurent&Magalie comme on va chez des amis… Pour demander conseil car on leur fait confiance. Un lien de confiance conjugué à un accueil chaleureux et à des produits bons en goûts… Cette bonne recette leur a fait décrocher en 2015 le prix mérité du « meilleur magasin bio » dans la catégorie moins de 90 m2. 

 

Ne manquez pas les Ateliers de cuisine « Manger sain c’est facile » donnés par Magalie, passionnée de nutrition depuis 25 ans ! « Certains clients arrivent souvent un peu perdus au magasin, avec une liste d’achats spécifiques à un changement de régime alimentaire. Ils ne savent pas toujours comment cuisiner des ingrédients bruts. J’ai créé ces ateliers pour leur montrer qu’il est possible de cuisiner bio facilement et rapidement. Ce qui me passionne le plus, est de pouvoir partager le goût des bonnes choses dans ces ateliers. Le bio doit être avant tout un plaisir !»

Dates des prochains cours sur www.laurentetmagalie.ch

Laurent & Magalie
Rue Louis de Savoie 54
1110 Morges
T +41 21 801 08 22

Lire la suite

Food, Art et Culture réchauffent la Riviera

17 février 2017

« FoodCultureDays » se tiendra du 16 au 19 novembre à Vevey. Ce festival à but non lucratif fait la promotion des modes de vies plus durables et responsables. On y passera !

Voilà un concept qui nous parle ! Un mélange de food, d’art et de culture… La recette du festival FoodCultureDays prône la conception de recettes saines, en s’adressant à tous : des débutants jusqu’aux plus exigeants. Takinoa y croit !

Appréhender la nourriture comme un « connecteur social », tendre à un mode de vie plus responsable, prendre en considération la valeur du temps ou la notion du gaspillage : voilà quelques- unes des motivations de la trentenaire Margaux Schwab, diplômée de l’Ecole Hôtelière de Lausanne créatrice de ce festival, qu’elle a conçu depuis Berlin où elle réside depuis 2014.

Consciente que l’activisme à la berlinoise ne passerait pas aussi bien en Suisse, elle a conçu un projet modéré, afin que son projet voie le jour par ici entre lac et montagnes. C’est à Vevey, ville à taille humaine, qu’elle a choisi d’initier cette première édition du « FCD ». Ici, pas d’extrémisme vegan mais plutôt l’ouverture aux habitudes alimentaires et aux thématiques chères aux foodies, sur fond de découvertes et de réflexion autour de notre nourriture et notre alimentation.

Les habitudes alimentaires de Margaux Schwab ? « Je suis végétarienne, mais je mange parfois du poisson et parfois de la viande quand je suis invitée. J’aime en débattre et il faut représenter ce que l’on défend ! » Margaux adore l’histoire des petits producteurs, de sa région la Riviera vaudoise, la nature et ses vignes. Elle confie ne pas faire toutes ses courses dans un magasin bio, mais elle sait toujours ce qu’elle met dans son panier. Elle aime Takinoa pour ses bons jus frais fraichement pressés !

Son projet d’événement culturel à but non lucratif  s’est mis en place grâce à des sponsors Food et communication qui ont permis de construire un programme autour de quatre jours d’ateliers culinaires notamment à l’Alimentarium de Vevey, de discussions et de performances pour enfants et adultes de tous âges et horizons.

En majorité gratuits, seuls 7 événements sur 27 sont payants. À ne manquer sous aucun prétexte : les trois dîners concepts le jeudi, vendredi et samedi qui déconstruisent les rituels de la table traditionnelle. Les invités pourront interagir avec les chefs et artistes suisses et internationaux en s’interrogeant sur les processus de production et de consommation des aliments.

Plus de détails sur la programmation : https://www.foodculturedays.com/programme/

Lire la suite

L’alimentation du futur : technologique ou biologique ?

17 février 2017

Comment mangerons-nous dans 20 ans ? C’est la question qu’a posée la Société Suisse des Cuisiniers (SSC) lors de son colloque annuel au CHUV de Lausanne en septembre. Nos choix alimentaires d’aujourd’hui conditionnent notre santé de demain. C’est ce que rappelle Eric Lebel, fondateur de Takinoa, pour qui l’alimentation est avant tout une question de santé et de société, avant d’être une question de business.

Eric Lebel : L’alimentation nous concerne tous. Il est temps que nous prenions conscience de son importance, de ses effets sur notre santé, sur la société et sur l’environnement. Les choix alimentaires que nous proposons chez Takinoa respectent les lois du vivant et la biochimie. Par exemple, à l’avenir, nous ne pourrons pas continuer à manger autant de viandes. La production de viande est une des premières causes d’augmentation du CO2 dans l’atmosphère. Takinoa recommande de manger moins de produits carnés, car ils sont chers d’une part et les produire consomme de nombreuses ressources. En manger en petite quantité 1 à 2 fois par semaine est suffisant.

Takinoa développe des principes alimentaires basés sur le bien-être et le bien-manger. Mais comment continuer à manger sain demain quand nous serons 9 milliards sur terre ?

L’alimentation de qualité selon les principes de Takinoa, procure un grand confort tant sur le plan digestif que psychique. Nous proposons un type d’alimentation qui fait du bien au corps et qui rend heureux, léger, dynamique. Avec de bonnes protéines, y compris végétales, sans lactose, sans gluten, et de bonnes graisses. Malgré toute l’information à notre disposition, la population est très peu informée. Elle est largement conditionnée par le marketing qui argumente sur le prix et le goût. Les conséquences de ce marketing sont visibles partout : le sucré et le (mauvais) gras ont envahi les supermarchés et nos cuisines. Alimentation et boissons, c’est pareil !
Quand on est professionnel de l’alimentation, et si on veut préparer un meilleur avenir, notamment de santé, il faut faire preuve de beaucoup de pédagogie en expliquant par exemple ce qu’est l’indice glycémique –l’IG-, pourquoi le sucre acidifie le corps et créé des inflammations. Expliquer aussi quelles sont les bonnes graisses qui protègent nos cellules, les bonnes cuissons qui respectent les nutriments et pourquoi manger cru favorise l’absorption des micro nutriments (vitamines, enzymes, minéraux). C’est cette approche que nous mettons en avant chez Takinoa.

Une alimentation technologique –fermes urbaines, aquaponie, agriculture hors sol ou steaks in vitro- se développe actuellement. Qu’en pensez-vous ?

Nous ne connaissons pas les conséquences de ces nouveaux procédés à large échelle sur la santé humaine. Il est urgent que nos gouvernements mettent en place des commissions scientifiques qui valident ces procédés. Le business n’a pas les compétences / le savoir pour décider de notre futur.
Les aliments bruts, les aliments cuisinés et notre corps répondent tous aux lois de la biochimie donc aux lois du vivant que nous devons respecter. De nombreux exemples prouvent que des solutions d’avenir plus simples et authentiques existent et qu’elles fonctionnent. Le film « Demain » l’illustre.

Takinoa s’appuie sur un sourcing (origine des produits) local, de saison, et autant que possible bio (le vrai bio à zéro produits chimiques).
Produire sans chimie, en utilisant les méthodes modernes (comme la permaculture), redonne aux sols leur vie et permet d’avoir une agriculture productive sans les nombreux inconvénients de la chimie (pesticides) sur la santé. Donc le bon sens voudrait que cette voie soit choisie à l’avenir. L’industrie n’a pas vraiment sa place dans l’alimentation du futur.

 

Lire la suite

Un automne coloré chez Takinoa

17 février 2017

La mi-saison, mi-figue, mi-raisin, est là, et la cuisine de Takinoa est à cheval entre les derniers produits d’été et les premiers légumes d’hiver. Cet automne, Takinoa et son Chef Produits Mauricio accompagnent les teintes flamboyantes de la nature en cuisinant plus chaud, plus parfumé aussi. Place aux courges couleur feu, aux légumes verts et racines, aux fruits casse-noisette et aux épices pour concocter des soupes douces et des petits plats chauds en bocaux !

Ce ne sont pas les nouveautés « bocal » qui manquent au menu de cet automne… Notre Chef Produits a laissé parler son imagination en créant pas moins de huit recettes de bocaux inédites à déguster sur place ou à l’emporter.

Prenez le bocal moussaka à la protéine de soja bio, coriandre et feta ou encore le bocal sauce yogourt, citron et coriandre avec son filet de poulet suisse au curcuma, une épice aux grands pouvoirs antioxydants. Ce sont 2 de nos 8 bocaux que nous adorons ?

Les soupes artisanales, toujours sans lactose et naturellement sans gluten, se déclinent cet automne en version soupe de courge à la châtaigne, ou encore au poireau et citron.

Des salades en veux-tu en voilà ! Une salade fraîcheur« farandole de choux croquants à la feta et figue fraiche ». A moins que vous ne préfériez la salade céréale de penne au blé complet et sa sauce aux champignons et tofu soyeux bio.

Sans oublier les incontournables « wrap », aussi en version végétarienne, comme celui à l’houmous bio maison, courge à la vapeur et avocat.

Connaissez-vous le sandwich qui n’en n’est pas un? Le pain multicéréales au fromage de chèvre et sauce tomate aux légumes en est un exemple classique.

Et côté douceurs, peu sucrées comme toujours chez Takinoa, on redécouvre notre fameux crumble à la poire et cardamome. A moins que vous préfériez terminer sur une note plus légère avec la salade de fruits « entre saison » avec du kiwi, de la pomme, de la poire et de l’ananas. A consommer plutôt entre les repas !

Bon appétit avec Takinoa et vive l’automne et ses belles couleurs ?

Lire la suite

Plus d'articles
5b212610093bae185709df6f64f73364VVVVVVVVVVVVVVVVVV