Retour aux articles

Le cercle vertueux de l’alimentation plant-based

19 septembre 2018
Takinoa - plant based
Retour aux articles

Bonne nouvelle ! En substituant une partie des protéines animales par des végétales, nous pouvons réduire l’impact écologique de nos assiettes et améliorer notre bien-être.

Si de nombreuses études démontrent les bénéfices pour la santé et l’environnement d’une alimentation basée sur les végétaux (fruits, légumes et céréales), 70% des protéines consommées dans le monde proviennent encore de source animale (viande, poisson, produits laitiers et œufs). Avec une population mondiale qui atteindra 8,2 milliards d’habitants en 2030, les besoins en protéines risquent fort d’augmenter, le réchauffement climatique de s’accentuer et les ressources naturelles de s’épuiser. A moins que notre alimentation n’évolue vers un mode plus végétal, plus plant-based.

 

Rayonner de santé

Tout comme le flexitarisme, l’alimentation plant-based privilégie les végétaux de qualité, non transformés, sans toutefois éliminer les viandes, le poisson, les produits laitiers ou les œufs. Question de fréquence et de dosage. Avec le plant based, une grande partie des protéines animales est remplacée par les protéines présentes dans les céréales, légumineuses, oléagineux et légumes. La consommation animale devient occasionnelle. Une transition alimentaire plutôt douce pour une empreinte écologique réduite et des résultats probants sur la santé.

Dans leur étude Reducing foods environmental impacts through producers and consumers, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont ainsi démontré qu’en limitant la consommation de produits laitiers et de viande, on peut réduire son empreinte carbone de 73%. De son côté, l’Association Américaine de Nutrition a publié Eating healthful plant-based foods is associated with lower risk of chronic diseases, weight gain and death une étude prouvant qu’une alimentation pauvre en protéines animales et aliments transformés réduit grandement les risques de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, de mortalité et de prise de poids. Enfin, d’autres recherches ont confirmé que l’obésité infantile pourrait également reculer grâce à une alimentation plus végétale, tout aussi protéique que l’alimentation carnée.

 

Le plein de protéines

Indispensables à la fabrication des cellules, à la croissance et à la réparation de l’organisme, les protéines permettent de maintenir la masse musculaire et l’ossature grâce aux acides aminés qu’elles contiennent. 8 d’entre eux dits « essentiels », comme le tryptophane ou la lysine sont cependant exclusivement apportés par les aliments. Il est donc important de s’assurer auprès d’un professionnel de la santé, que les apports quotidiens en protéines et acides aminés essentiels chez les enfants comme chez les adultes correspondent aux recommandations de l’OMS – soit 0,8 g par kg de poids corporel.

Les protéines végétales sont présentes en grande quantité dans la spiruline (50 à 70%), les noix et les oléagineux tels que les amandes (22%, soit presqu’autant que dans le boeuf, 25%), les pistaches, les arachides, les noix de cajou, les noisettes, les noix du Brésil et les noix. On les trouve aussi dans un de nos végétaux favoris, le quinoa. Cette plante déguisée en céréale en contient 15%. Parmi les céréales, l’avoine, l’amarante, le seigle, l’épeautre, le blé et le maïs sont conseillés. Chez les légumineuses, on privilégiera le soja, les haricots rouges, les lentilles, les fèves et les pois chiches. Sans oublier les graines de chanvre, de chia et de courge, les lupins, les graines germées et les pommes de terre.

 

Racontez-nous

Et vous, qui êtes soucieux de la planète et aimez faire rimer gourmandise avec santé, quels sont vos trucs pour vous régalez et faire le plein de protéines végétales ? Quelles recettes préparez-vous pour les petits comme pour les grands ? N’hésitez pas à partager vos astuces culinaires sur notre page Facebook ou en commentaire sur le blog, on se fera un plaisir de les tester en cuisine, et pourquoi pas, d’organiser une dégustation spéciale !

 

Une sélection de littérature anglophone pour vous documenter de votre côté si vous souhaitez en savoir plus :

«  Le régime à base de plantes » de Jennifer Louissa

Plant-Based Recipes: 365 Delicious and Easy to Cook Diet Recipes for Breakfast, de Katie Gordon

The vegetable butcher, de Cara Mangini

How not to die, de Michael Greger et Gene Stone

Plus d'actus Takinoa

Soyez le premier ou la première à commenter cet article.

Laissez un commentaire

460538a55424fec48b7a37c83c38ef3eYYYYYYYYYYYYYYYYYYY